Etude en couleurs ! du 17 juin 2020

Gain matériel contre prise d’espace dans la partie Italienne avec Cg5

Le joueur confirmé sait que pour gagner une partie d’échecs, il faut accumuler les petits avantages et les exploiter pour les transformer en avantage décisif !

Une meilleure structure des pions, un pion passé, le gain d’une pièce peuvent être des avantages décisifs. Ils sont concrets et sont facilement identifiés par les joueurs débutants, tout autant que par les joueurs confirmés.

Parmi les petits avantages, on peut citer la prise de l’initiative (mener le jeu en forçant les coups de l’adversaire), le gain de tempo, le meilleur développement et la prise d’espace (ces deux derniers étant souvent liés). Ce type d’avantage passe souvent inaperçu pour le joueur débutant, car ce n’est pas un avantage aussi concret que l’avantage matériel et il risque de n’être que temporaire si on ne parvient pas à le transformer.

L’étude qui suit va mettre en lumière (ou plutôt en couleurs !) la naissance d’un avantage de prise d’espace dans la partie Italienne avec défense des 2 cavaliers. Les coups proposés sont les coups théoriques (c’est-à-dire qu’un certain nombre de Grands Maîtres sont d’accord pour dire qu’ils sont bons) ; on va voir comment se crée dans cette partie un avantage d’espace pour les noirs face à un gain matériel pour les blancs.

Le principe de cette étude sera de représenter coup par coup sur l’échiquier le contrôle de chaque case. Cette notion de « qui contrôle quelle case ? » est primordiale aux échecs, que ce soit pour le joueur débutant ou pour le joueur confirmé. Qui n’a jamais perdu de pièce parce qu’il a mal vérifié qui contrôlait la case ? Qui n’a jamais vu une partie avec un avantage matériel « se retourner » sous la pression du développement adverse ? Les joueurs doivent donc avoir à l’esprit une « carte » des zones de contrôle de chacun sur l’échiquier. Mais à chaque coup, cette « carte » évolue et doit être réévaluée en écart par rapport à la position précédente.

La cartographie utilisée par la suite se définit par le code couleur présenté ci-dessous :

Commençons !

La position initiale mérite d’être présentée : chaque joueur contrôle de manière incontestée 3 rangées, mis à part les cases aux coins, où se trouvent les Tours qui ne sont contrôlées par aucune pièce. Les deux rangées centrales sont pour l’instant encore, une zone libre.

1. e4
1. e4

Le coup de pion en e4 assure d’emblée aux blancs un contrôle important sur la zone précédemment libre ; ils contrôlent la quasi-totalité des cases blanches ; la case a6 apparait comme la première case dont le contrôle est contesté par les deux joueurs.
Le pion e lui-même ne contrôle directement que deux cases (d5 et f5), mais en se déplaçant, il a libéré sa case de départ e2, et la Dame et le Fou de case blanche peuvent maintenant exercer leur contrôle sur les diagonales.

1. ... e5

La réponse e5 des noirs leur assure à leur tour le contrôle des cases noires. Il y a un partage du contrôle de l’échiquier. Avec e5, les noirs ne cherchent pas à contester le contrôle blanc, mais plutôt à contrôler ce qui restait libre.

2. Cf3

Avec Cf3, ce sont les blancs qui lancent les hostilités par la menace sur le pion noir en e5. Du point de vue du contrôle des cases, ce coup a plusieurs impacts : d’abord la nouvelle position du Cavalier lui permet de contester le contrôle de certaines cases noires (en particulier au centre), c’est l’effet direct, mais il ne faut pas négliger les effets indirects car d’une part, dans sa nouvelle position le Cavalier masque la zone de contrôle de la Dame qui ne peut plus s’exercer sur les cases g4 et h5 et d’autre part, le Cavalier a quitté une case d’où il contrôlait certaines cases de son camp qui s’en trouve maintenant (un peu) affaiblies.

Ainsi, sur l’ensemble des coups joués jusqu’ici on constate que les impacts d’un coup sur le contrôle des cases de l’échiquier peuvent être directs ou indirects :
– dans sa nouvelle position, la pièce contrôle directement de nouvelles cases
– dans sa nouvelle position, la pièce masque indirectement le contrôle par d’autres pièces
– en se déplaçant, la pièce abandonne le contrôle qu’elle exerçait dans sa position précédente
– en se déplaçant, la pièce libère le contrôle par d’autres pièces qu’elle masquait dans sa position précédente

Lorsqu’un coup est joué, il faut donc analyser l’ensemble de ces possibilités pour évaluer son impact sur le cours de la partie.

2. … Cc6

Cc6 réalise la défense du pion e5 et renforce le contrôle des cases noires de l’aile Dame. Les couleurs évoluent sur l’échiquier.

3. Fc4

Par Fc4, les Blancs prolongent leur domination des cases blanches jusque dans le camp adverse et ça tombe bien puisque le pion f7 (vulnérable car protégé uniquement par le Roi noir) est sur une case blanche. Les premiers coups de pions et de Cavaliers prenaient le contrôle des lignes centrales, ce coup de Fou à longue portée fait pression sur l’adversaire dans son propre camp.

3. … Cf6

Les noirs jouent Cf6, c’est bien sûr une attaque directe sur le pion e4 qui n’est pas défendu, mais c’est aussi un moyen de contester aux Blancs le contrôle des cases blanches du centre et de l’aile Roi.

4. Cg5

Comment continuer l’attaque tout en défendant le pion agressé ? Par Cg5, les blancs réalisent les deux. Il est vrai cependant que ce coup contredit les principes d’une bonne ouverture : les blancs jouent une deuxième fois leur cavalier alors qu’ils n’ont pas fini leur développement ; ils considèrent certainement qu’il est plus important de conserver l’initiative de l’attaque avec la pression doublée sur le pion f7. Le choix des blancs est clair dés maintenant, ils acceptent de retarder leur développement pour viser des gains plus concrets (la prise de f7 par le Cavalier soutenu par le Fou menacerait Dame et Tour en « fourchette »).

4. … d5

d5 ! est une réponse très efficace des noirs ; d’une part cela empêche le Fou de soutenir le Cavalier dans l’attaque sur f7, d’autre part cela reprend l’initiative en attaquant le Fou et le pion e4 et en plus c’est aussi un excellent coup de développement ! On constate bien que le contrôle de l’aile Roi a changé, les noirs contestent les cases blanches avec le Fou c8. Il y a une maxime aux échecs qui dit qu’un bon coup ne se joue pas pour une bonne raison, mais pour plusieurs bonnes raisons ! Assurément d5 est ici un bon coup pour les noirs !

5. e x d5

La prise de d5 par le pion e est forcée, sinon les blancs perdent du matériel. De plus les blancs reprennent l’initiative en menaçant le Cavalier en c6.

5. … Ca5

La théorie montre que la réponse naturelle 5. … Cxd5 est désavantageuse pour les noirs ( en effet : 6. d4 ! donne une bonne attaque aux blancs voir Europe Echecs n°618 Article « La défense des 2 cavaliers – variante attaque Lolli ») Il faut donc que les noirs sauvent leur Cavalier, le placer en b4 ne va pas non plus : après c3 et Da5+ les noirs sont en difficulté. Il reste Ca5. Placé sur la bande en a5, le Cavalier sera moins actif à terme, mais pour l’instant il permet de chasser le Fou des blancs.

6. Fb5

La simple retraite du Fou laisserait les noirs prendre de l’espace sans avoir de compensation pour les blancs puisque le pion d5 sera pris. L’idée des blancs est de concrétiser leur avantage d’initiative en échangeant le pion d5, c’est pourquoi ils font échec en b5 pour forcer c6 qui deviendra une cible pour d5.

6. … c6

Les noirs pourraient parer l’échec par Fd2, mais 7. Dd2 soutient le Fou en menaçant e5. Ils choisissent dont plutôt c6.

7. dxc6

Les blancs peuvent échanger en c6 leur pion d5 devenu faible. Ainsi ils concrétisent leur attaque par le gain matériel d’un pion.

7. … bxc6

La prise par le pion b plutôt que par le Cavalier va permettre de chasser le Fou blanc en lui interdisant la case c4 d’où il pourrait reprendre l’attaque sur f7. Par contre, la structure de pion à l’aile Dame est fortement dégradée.

8. Fe2

Le Fou blanc se replie en e2 (Fe3 est possible aussi, mais empêche l’avancée du pion d pour libérer le Fou c1). La couleur verte se raréfie, les blancs perdent en contrôle de l’échiquier.

8. … h6

Les noirs continuent de repousser les pièces blanches par h6

9. Cf3

Depuis f3, le Cavalier attaque le pion non protégé en e5.

9. … e4

Avec e4, les noirs continuent de harceler les pièces blanches pour les empêcher de consolider leur position.

10. Ce5

Les blancs réfugient leur cavalier en e5, en position précaire puisqu’il pourra être facilement chassé par un Fou par exemple… la partie et loin d’être finie, mais nous arrêtons l’étude ici. Avec l’échiquier coloré, on visualise très bien l’avantage d’espace des noirs ! En effet, la couleur orange est fortement dominante sur l’image ; il y a même moins de case de couleur verte que sur la position initiale ! Les blancs ont payé leur gain matériel en retard de développement.

Au final, on obtient une position jugée égale par la théorie, mais dont on reconnait bien les déséquilibres :
– les blancs ont un pion de plus et une meilleure structure de pions
– les noirs ont un meilleur développement et un contrôle sur les 2/3 de l’échiquier ; de ce fait leurs pièces ont une plus grande capacité de mouvement.

Chaque joueur va donc adopter une stratégie pour rendre son avantage décisif :

  • pour les blancs, il s’agit de provoquer rapidement le passage en final en essayant d’échanger les pièces ; la supériorité de leur structure de pion les conduira alors à la victoire
  • pour les noirs, il s’agit d’étouffer les pièces adverses et de les pousser à la faute par manque de bon coup à jouer ;

Mais ça c’est une autre étude ! A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *